Le forum jeunesse du Dialogue de Bruxelles a été lancé

Mise en place d'un réseau de compréhension

Lancement du Forum International

« Dialogue de Bruxelles-2020 »

Les 9 et 10 octobre 2020, le Centre culturel et scientifique de Russie à Bruxelles a présenté la nouvelle édition du forum « Dialogue de Bruxelles 2020 », en coopération avec l’Université MGIMO, la Fondation Gortchakov pour le soutien à la diplomatie publique, l’Alliance mondiale des anciens étudiants d’universités russes.

Le thème principal du forum — « Une histoire et un avenir commun, 75 ans de responsabilité pour la paix »

En 2020, en l’honneur du 75e anniversaire de la Victoire et de la fin de la Seconde Guerre mondiale, ainsi qu’à l’occasion du 75e anniversaire de la création de l’ONU, le forum a été consacré à la préservation de la mémoire historique, ainsi qu’au rôle de la coopération internationale au sein de l’ONU et du Conseil de l’Europe. Le rôle des jeunes au XXIe siècle dans le maintien et la solidification de la paix établie après la Seconde Guerre mondiale a également été abordé.

Lors de la cérémonie d’ouverture du forum, Alexander TOKOVININE, ambassadeur de la Fédération de Russie auprès du Royaume de Belgique, a déclaré : « Ce Forum crée une plate-forme de dialogue pour les jeunes sur des sujets aussi importants que notre histoire commune et la préservation de la paix et de la stabilité ». Il a notamment souligné le rôle important que jouent les Nations unies en tant que gardien de l’ordre mondial moderne. « Bien sûr, depuis la Guerre froide, le monde a changé de manière dramatique ; nous avons assisté à l’émergence d’un monde multipolaire qui s’est avéré beaucoup plus complexe que le monde précédent. Mais les principes fondamentaux de notre ordre mondial qui assurent la stabilité et la prospérité restent inchangés », a-t-il déclaré.

Evgeny PRIMAKOV a prononcé un discours de bienvenue : « Pour la Russie, ces dates sont vraiment importantes, tout comme elles doivent l’être pour le reste du monde. Nous devons expliquer que la raison pour laquelle la Russie accorde tant d’importance à ce sujet, ce n’est pas par manque de choses à dire, ni par passéisme de nos grandes victoires, mais c’est parce que nous sommes très préoccupés par ce qui se passe maintenant », a déclaré M. Primakov.

« Nous voyons grandir une génération de nouveaux politiciens qui ont des idées et des points de vue sur la manière d'améliorer notre monde. Mais nous voyons aussi disparaître les leçons utiles du passé quant à la peur d’un conflit mondial. Les hommes politiques d’aujourd’hui sont intrépides, et c’est très dangereux », a poursuivi le directeur de Rossotrudnichestvo, en énumérant les menaces que présente le monde moderne pour le maintien de la paix internationale.

« Nous traiterons de la manière dont la préservation de la mémoire historique de la Seconde Guerre mondiale et la lutte contre les falsifications historiques nous permettront de créer l’avenir commun que nous voulons voir. Le dialogue avec les historiens européens qui interviendront au cours de la discussion est particulièrement important pour nous », a déclaré Véra BUNINA, directrice du Centre.

« Le but principal du forum est de promouvoir le dialogue entre les jeunes de Russie et les jeunes européens. Nous aimerions encourager les jeunes Européens à coopérer avec leurs pairs de Russie afin de créer et promouvoir une image objective de la Fédération de Russie à l’étranger afin de créer un espace culturel, scientifique, informationnel et d’éducatif communs », a-t-elle poursuivi.

Le modérateur du forum, Gunter GAUBLOMME, directeur de l’Académie diplomatique de Bruxelles, a souligné l’importance que représente la Russie pour l’Europe. Selon lui, « l’Europe et la Russie sont voisins ; nous avons un avenir commun. La Russie joue un rôle crucial sur la scène internationale, c’est un partenaire commercial et énergétique ».

« Nous n’avons pas beaucoup d’occasions de discuter de l’histoire avec les jeunes. Je rencontre beaucoup de jeunes qui veulent façonner l’avenir. Nous devons mieux comprendre leur manière de penser et comment leur donner la véritable version de l’histoire », a déclaré Ricardo POZZI envoyé spécial de l’OSCE pour la jeunesse et la sécurité sous la présidence italienne.

Ses propos ont été confirmés par İlayda ESKITAŞCIOĞLU, responsable de la jeunesse des Nations unies dans le domaine des objectifs de développement durable du SDG de la Nouvelle Convocation 2020. « Je suis convaincue que je peux aider à construire l’avenir. Les jeunes doivent être impliqués à tous les niveaux de prise de décision liés au maintien de la paix », a-t-elle déclaré dans son discours lors de l’évènement.

Les co-organisateurs du Forum se sont également adressés à l'audience. Vladimir CHETY, fondateur et président de l'Alliance mondiale des anciens élèves, vice-président du Conseil national de la jeunesse et Daria LOBANOVA, directrice exécutive adjointe de la Fondation de diplomatie publique Alexandre Gortchakov ont transmis leurs salutations aux participants.

Le lieu de déroulement du forum et les experts présents à l’évènement ont fait de ce forum bruxellois, un forum mondial. Les experts représentaient diverses organisations internationales tels l’ONU, le Conseil de l’Europe, les structures de l’Union européenne et bien d’autres.

Les experts présents lors de la discussion étaient des représentants de centres analytiques européens et russes, d’universités, de musées nationaux et de sites culturels majeurs.

De jeunes leaders ont également pris part au forum, ils représentaient des structures telles que Conseil consultatif de la jeunesse du Conseil de l’Europe, Conseil des jeunes diplomates, Forum européen de la jeunesse, Réseau des jeunes ambassadeurs de la paix etc. De plus, la participation d’un représentant des jeunes leaders mondiaux des Nations unies dans le domaine des objectifs de développement durable de la Nouvelle Convocation 2020 (septembre) a été particulièrement saluée.

Le forum a réuni des représentants d’associations de jeunes et d’étudiants, des conseils de jeunesse, des journalistes, des jeunes entrepreneurs, des représentants des milieux scientifiques, politiques et de l’information, des experts dans divers domaines, tous ceux qui se soucient de notre avenir commun.

Les participants venaient d’un large éventail de pays : Russie, Belgique, Arménie, Autriche, Azerbaïdjan, Biélorussie, Bulgarie, Royaume-Uni, Grèce, Guatemala, Hongrie, Inde, Iraq, Italie, Kirghizstan, Chili, Colombie, Croatie, Chypre, Lettonie, Libye, Lima, Lituanie, Maroc, Pays-Bas, Portugal, Serbie, Slovaquie, Espagne, Suède, Turquie, Ukraine, EAU, Yémen.

 

Le format en ligne de l’évènement a permis de toucher un large public ; plus de 4,5 milliers de spectateurs sur les réseaux sociaux avec un public de plus de 21 000 personnes.

 

Les sujets de discussion seront les suivants :

 

Plate-forme de discussion n° 1

« Leçons d’histoire : les faits et le faux »

Plate-forme interactive n° 2

« L’après-guerre : les Nations unies et le Conseil de l’Europe »

Plate-forme de discussion n° 3 et conclusions

«  Le rôle des jeunes dans la construction de la paix : hier, aujourd’hui, demain »

 

Les modérateurs du Forum ont été : Thierry MONFORTI, directeur du Service académique et du Comité d’admission du Collège d’Europe, Anastasia POPOVA, journaliste pour VGTRK en Belgique, chef du bureau de représentation à Bruxelles, Konstantine KOLPAKOV, Président du Conseil des jeunes diplomates du ministère russe des Affaires étrangères.

Parmi les experts présents, nous pouvons également citer Elena PONOMAREVA, professeur de l’Institut d’État des relations internationales de Moscou de l’Université MGIMO, Karl VAN DEN BROECK, rédacteur en chef d’Apache.be, Vladimir PAVINSKY, directeur adjoint du Centre d’information des Nations unies, Alexander SAGOMONYAN, professeur de l'Université d'État de Moscou, expert du Fonds Alexander Gorchakov, Jan VANHEE, attaché aux affaires européennes et internationales de la jeunesse de de Belgique auprès de l’UE, Pegah MOULANA, membre du Conseil consultatif sur la jeunesse du Conseil de l’Europe, codirigeante du portfolio du Comité de gestion avec la Fédération de Russie, Ivan TIMOFEEV, directeur de programme du Conseil russe des affaires internationales, Jovana MAJSTOROVIC, membre du conseil d’administration du Forum européen de la jeunesse.

D’autres participants ont été les experts de cet évènement comme : Olivier VAN DER WILT, expert de l’Institut du patrimoine de guerre du Musée royal des forces armées et de l’histoire militaire, Mémorial national du Fort de Breendonk, Emelie WESKI, représentante du Groupe central des Nations unies pour l’enfance et la jeunesse, Karen N. PONG, présidente indépendante du Réseau des jeunes ambassadeurs de la paix, Jan VANHEE, attaché aux affaires européennes et internationales de la jeunesse de la Représentation permanente de la Belgique auprès de l’UE, Asker TAPOV, conseiller politique du Bureau de liaison du Conseil de l’Europe auprès de l’UE à Bruxelles, Lina ACHOUR, déléguée belge à la jeunesse auprès des Nations unies et d’autres participants.

Non moins important, l’Alliance mondiale des anciens étudiants, en coopération avec le Conseil national de la jeunesse de Russie, représenté par son directeur Vladimir CHETY, ont organisé une session de prospective sur la résolution des problèmes actuels et la prévision de l’avenir. Les participants ont été invités à élaborer des modèles historiques : quelle sera la mémoire de la Seconde Guerre mondiale dans 100 ans, que sera l’ONU en 2045?  

Ensuite, la Fondation Gortchakov a organisé un atelier de dialogue avec les participants du forum : une discussion en petit groupe sur la préservation de l’histoire : « Mémoire et leçons de la Seconde Guerre mondiale ». Les experts ont été Daria LOBANOVA, directrice générale adjointe de la Fondation Gortchakov et Alexeï FENENKO, professeur associé de la faculté de politique mondiale de l’Université d’État de Moscou Lomonosov, membre du Club Gortchakov.

En fin de soirée, les participants ont été invités au « PEACE CineClub » pour la projection du film : « Nuremberg. 70 ans plus tard », réalisé par Alexander Zvïagintsev. Le thème du film était en lien avec l’agenda de la paix de cette année. Le visionnage du film a été suivi d’une discussion plus approfondie autour du film. 

La particularité du forum est son format « hybride » : les discussions ont débuté, en ligne, les 9 et 10 octobre 2020, tandis que le concert de Dialogue de la jeunesse aura lieu le 20 novembre 2020 sur la scène du Centre culturel russe, lors duquel toutes les mesures sanitaires seront prises pour assurer la sécurité des spectateurs. Ce concert sera, lui aussi, spécial, car les invités pourront assister à un concert « hybride » du groupe belge « Panienki » et des musiciens russes du Art-Cluster « Tavrida ».

 

Vous pouvez visionner l’enregistrement de cet évènement sur www.ruscentre.be et sur les réseaux sociaux Facebook et Instagram @RusCentreBrussels.

 

Lancement du forum « Dialogue de Bruxelles » ! En plus du concert du 20 novembre, prochainement que débutera le Concours international de rédaction d’essais pour jeunes, organisé en coopération avec la Fondation de soutien à la diplomatie publique, le Conseil russe des Affaires étrangères et l’Institut d’État des relations internationales de Moscou du ministère russe des Affaires étrangères.

Suivez l'actualité, nous créons un espace de compréhension !