Le Cinéclub du Centre culturel et scientifique de Russie à Bruxelles a projeté le film d'Igor Chernitsky «Le sous-lieutenant Romachov»

Pour le 150e anniversaire d'Alexandre Kouprine

Ce drame, réalisé par Igor Chernitsky est une adaptation du roman d'Alexandre Kouprine « Le duel » (1905), inspiré de fait réels.

Avant le début de la séance, les réalisateurs du film se sont adressés au public: Igor Chernitsky et le compositeur Nikolaï Romanov, ont fait récit des difficultés qu'ils ont rencontrées lors de la réalisation du film, ainsi que la difficulté que ça a été de transmettre l'atmosphère de la vie en Russie au début du XXe siècle. Dans le processus de création du film, le réalisateur et le compositeur se sont appuyés sur des références biographiques, des documents d'archives et, bien sûr, sur l'œuvre de Kouprine.

Le tournage remettait en scène des lieux historiques, qui aujourd'hui ont une toute autre signification, mais qui ont joué un rôle majeur au début du XXe siècle. Par exemple, à l’occasion du film, l'école militaire de Moscou, où les héros ont étudié, a été recréée.

Dans un discours au public, le cinéaste et le compositeur ont parlé de l'importance des détails cinématographiques, car ils ont aidé à révéler l’essence même des héros. « L'accompagnement musical est un ajout unique , il donne un second sens à l'image », a déclaré le compositeur, Nikolaï Romanov.

Le film a reçu des prix et des récompenses lors de festivals en Russie. En 2013, au festival du film « La Russie provinciale » à Yeisk, le film a remporté un prix dans la catégorie « Prix du public ».

Comme l'a fait remarquer le réalisateur Igor Chernitsky, ils sont restés fidèles à l'œuvre de Kouprine, mais ils voulaient faire de Romachov un véritable militaire intellectuel russe. « L'armée russe a donné naissance à de grands artistes ; Lermontov, et Kouprine lui-même ont été militaires », a souligné Chernitsky dans un discours de bienvenue au public.

Dans l'adaptation cinématographique, le protagoniste tente d'attirer l'attention sur ses pensées, mais il n'est pas entendu. « Nous avons tous oublié que quelque part, il y a une autre vie, que d'autres personnes y vivent, et que leur vie est si pleine, si heureuse, si réelle. Quelque part, les gens se battent, souffrent, aiment passionnément, et nous, comment vivons-nous, mon ami ? », le sous-lieutenant se tourne vers Alexandre Ivanovitch, mais les mots lui manquent.

Le thème de l'armée de la Russie tsariste est abordé par de nombreux réalisateurs modernes. Leurs héros sont durement éprouvés par la cruauté et l'injustice qu'ils rencontrent dans l'exercice de leurs fonctions. Les films d'auteurs russes révèlent les problèmes de la société et proposent une réflexion sur leurs conséquences.

Le Cinélub du CCSR continue de présenter le meilleur cinéma russe aux spectateurs. Gardez un œil sur nos annonces!